Les archéologues espagnols découvrent le plus grand bâtiment de l’époque ibérique connu à ce jour


Au milieu de l’âge du bronze, entre 2100 et 1500 avant JC, un groupe de colons s’établit sur une colline escarpée à l’extérieur de l’actuel village de Garcinarro, dans la province espagnole de Cuenca. Vers 400 avant JC, ils ont été chassés par les Ibères, qui à leur tour ont été balayés par les Romains et eux même par les Wisigoths. Mais au lieu de détruire la culture qui les a précédés, chacun de ces peuples distincts à tout simplement rebâti par dessus.


Découverte archéologique ibérique

En conséquence, comme le soulignent les experts, ce site archéologique de huit hectares appelé La Cava constitue «une série de capsules temporelles». Lorsque les archéologues l’ont ouvert, ils ont trouvé le plus grand bâtiment ibérique connu à ce jour, comprenant trois salles de près de trois mètres de haut.

Site archéologique découvert en Espagne

« Nous ne connaissons rien de tel, mais nous enquêtons toujours », explique Miguel Ángel Valero, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Castilla-La Mancha. « Ce que nous trouvons habituellement dans ce genre de fouilles, ce sont les restes de murs en pierre qui s’élèvent de temps en temps à plus d’un mètre de haut. » 

Mar Juzgado, un archéologue de l’équipe de Valero, ajoute: « Nous ne savons pas ce que nous allons trouver sur ce site, car il n’y a rien de semblable à comparer. « 

Archéologie ibérique

Au début de cette décennie, le maire de Garcinarro de l’époque, Antonio Fernández Odene, était convaincu qu’il y avait un trésor archéologique à la périphérie de la ville et il en voulait aux autorités. Ses mots tombèrent dans l’oreille d’un sourd, cependant, jusqu’à ce que Valero remarque quelque chose d’étrange sur la carte archéologique: un document secret signalant les fouilles possibles dans une région. Les archéologues ont commencé à travailler ici en 2014 et Valero a été récompensée par la preuve d’un méli-mélo de cultures qui s’étaient installées de manière stratégique à un endroit central pour les communications nord-sud dans la péninsule, sur une falaise de plus de 60 mètres de haut.

Outre un «bâtiment unique» de 70 mètres carrés, le complexe comprend les vestiges d’une colonie de l’âge du bronze, un rempart de cette époque dont la hauteur reste à déterminer et une zone couverte de centaines de petits trous sur une surface rocheuse, qui pourraient avoir été faites à des fins décoratives ou spirituelles. 

Il y a aussi une galerie longue de 70 mètres, profonde de sept mètres, creusée dans le roc par les colons pré-romains, et des dizaines de criques qui auraient été occupées par des ermites à l’époque wisigoth.

Archéologie en Espagne

Bien que les archéologues ne soient toujours pas en mesure d’établir l’utilisation de ce bâtiment unique en lui-même, il existe un certain nombre de théories, dont l’une est qu’il servait de temple; un autre, c’était un espace de stockage et de manutention des produits.

L’une des trois salles du bâtiment est elle-même divisée en deux zones. On accède à la pièce du milieu par une porte faite de roche qui aurait eu un linteau, tandis que le mur sud avait un grand recoin de plus d’un mètre de haut. Il est possible que le linteau ait été ponctué de trous pour permettre aux rayons du soleil de briller sur l’alcôve, où les Ibères ont pu placer une figure de divinité.

Ce qui est étonnant, c’est que le soleil ne touche ce point qu’à la fin du mois d’août, à l’écart des solstices d’été et d’hiver, ce qui le distingue des autres cadrans solaires connus. «C’est un mystère, car la fin du mois d’août ne coïncide avec aucune saison agricole», déclare Valero. « Pourquoi voudraient-ils marquer cette date? »

Site archéologique découvert en Espagne

Il est possible qu’un tremblement de terre ait provoqué la chute du linteau au-dessus de la falaise qui protège le bâtiment du côté nord, mais les archéologues ont bon espoir de le trouver. Les salles sont bordées de niches et de vasques murales et, au sol, il est encore possible de détecter des traces de foyers et même l’empreinte de tables. Les archéologues ont également découvert des objets en céramique, des broches et des outils tels que des marteaux et des pics de l’époque ibérique, des fragments de vaisselle en terra sigillata de l’époque romaine et des pièces de métal des Wisigoths.

Les trésors archéologiques de toutes ces périodes ont survécu grâce à l’utilisation que les bergers ont faite du site pour leurs moutons. La mystérieuse galerie de 70 mètres, par exemple, était un endroit décent pour garder des dizaines d’animaux. Et ces animaux, avec leurs déchets, ont contribué à conserver les vestiges laissés par les Ibères, les Romains et les Wisigoths au cours d’une période de 25 siècles. 

Source: El Pais [01 août 2019]