Une rare figurine celtique de 2 000 ans découverte à Cambridgeshire


Une figurine Celtique extrêmement rare en alliage de cuivre mesurant 5 cm, réalisée au IIe siècle de notre ère, a été mise au jour grâce à des fouilles archéologiques en cours au domaine Wimpole de la Fiducie nationale, dans le Cambridgeshire.

Découverte archéologique rare figurine celtique

L’artéfact est daté du dernier âge du fer au début de l’époque romaine. L’individu sans visage semble tenir un «torc», un anneau de haut rang celtique, censé représenter « Cernunnos », le dieu celte des animaux sauvages, connu dans tout le monde celtique sous différents noms et différentes représentations. C’est la seule figurine Celtique en métal de ce dieu  connue en Grande-Bretagne.

«C’est une découverte archéologique incroyablement excitante qui, pour moi, représente plus que la divinité, Cernunnos. Cela ressemble presque au «visage» énigmatique des habitants du paysage il y a quelque 2 000 ans », a déclaré Shannon Hogan, archéologue du National Trust pour l’est de l’Angleterre.

Cet artefact est d’origine romaine mais symbolise une divinité celtique et illustre donc la continuité du symbolisme religieux et culturel autochtone dans les sociétés romanisées.

Les chercheurs pensent que la colonie était au centre d’un réseau commercial solide. En effet,  environ 300 objets en métal ont été découverts pendant les fouilles. Ainsi, Les pièces découvertes comprennent des pièces de monnaie, des instruments cosmétiques, des harnais pour chevaux. Mais aussi des uniformes militaires romains, un fer de lance, une tête de hache, des poignées de clés, des broches. Elles contiennent aussi un anneau ainsi que de la ferraille au plomb et un certain nombre de clous de fer et autres objets utilitaires.

 Un premier relevé géophysique a été effectuée en 2016. Oxford Archaeology East a alors entrepris une évaluation pour examiner les fossés et les enclos identifiés. Ceux ci ont révélé des poteries datant de la période du dernier âge du fer – début de l’époque romaine (de 100 av. J.-C. à 150 après JC). Par la suite, 1,6 hectares ont été réservés pour des fouilles archéologiques complètes en 2018.

Les trouvailles de Wimpole sont en cours de restauration. Puis elles seront cataloguées et analysées et constitueront la base de futures expositions à Wimpole.