Le Potala, le plus ancien Palais Antique du Monde


Le Potala – également connu sous le nom de « Montagne du Bouddha » – est le bâtiment le plus célèbre du Tibet et le palais d’hiver du Dalaï Lama.

Le potala, le palais d'hiver du dalaï-lama

C’est une structure massive en terre crue et antisismique avec la plus grande collection de vestiges tibétains les plus précieux. Le Potala est un chef-d’œuvre de l’histoire de l’architecture mondiale et très probablement le plus ancien palais antique du monde.

Selon une légende ancienne, Songtsen Gampo, souverain sage et plus important roi tibétain, aurait construit un palais de neuf étages avec un millier de pièces sur la colline rouge et l’a baptisé Potala. 

Le Potala, où sont conservés les stupas de l’ancien grand dalaï-lama, est maintenant transformé en musée par les Chinois. À l’intérieur du musée, il y a des sutras, des bijoux. On y trouve aussi des peintures murales qui racontent l’histoire du Tibet et d’autres antiquités inestimables.

Le musée abrite également de nombreuses figures de Bouddha, des salles bouddhistes, des sculptures et des peintures tibétaines.

Avec une longue histoire de plus de 1300 ans, le Potala représente l’ancien héritage de la culture et de la religion tibétaines.

Situés sur la colline rouge du centre de Lhassa et s’élevant à plus de 300 m au-dessus du fond de la vallée, deux structures majeures forment le Potala: le palais rouge et le palais blanc.

En apparence, l’immense complexe se compose de 13 étages de 117 mètres de haut. En effet, il couvre une superficie de 100 000 mètres carrés.

Le nom du palais vient d’une colline sacrée située dans le sud de l’Inde. Il désigne un mot sanscrit qui signifie « demeure des Avalokitesvara (Bouddha de la Miséricorde) ».

Mythes et Légendes de Potala

Selon une légende ancienne, Songtsen Gampo, souverain sage et plus important roi tibétain, aurait construit un palais de neuf étages avec un millier de pièces sur la colline rouge et l’a baptisé Potala. Il souhaitait ainsi la bienvenue à son épouse, la princesse Wen Cheng de la dynastie Tang (618 av. J.-C. – 907 av. J.-C.) de Chine.

Ce roi a contribué à l’unification du plateau Qinghai-Tibet et a favorisé le développement de l’économie, de la politique et de la culture dans la région.

Le palais du Potala a été détruit à maintes reprises lors de guerres, puis reconstruit par des architectes de la dynastie Qing (1644 av. J.-C. – 1911 av. J.-C.).
Le Palais Rouge, la partie la plus élevée du complexe, a les murs peints en rouge pour représenter la majesté et le pouvoir ; il est entièrement consacré à la prière bouddhiste et aux études religieuses.

Le palais contient des bibliothèques, des chapelles, plusieurs salles et passages. Les murs sont peints en blanc au White Palace afin de transmettre paix et tranquillité. Il servait autrefois d’immeuble de bureaux du gouvernement local du Tibet et des quartiers résidentiels du Dalaï Lama.

Le Potala a plusieurs annexes supplémentaire. En effet, il possède des jardins, des cours, une École de logique bouddhiste, le séminaire et même une prison.

En 1994, le trésor du Potala au Tibet a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO