Un Site Maya révèle des détails surprenants sur la fabrication et le commerce du Sel


De récentes découvertes suggèrent que les vestiges d’une ancienne mine de sel d’Amérique centrale reposent au-dessous des eaux saumâtres d’un lagon.

sel maya mysteres et sciences

Les outils qui ont refait surface aux mains des archéologues contribuent à éclairer ce à quoi ressemblait la vie il y a plus de 1000 ans et, entre autres, comment L’affinité des anciens Mayas pour le sel a contribué à l’expansion de leur civilisation grâce à la production, au stockage et au commerce de cette ressource.

Une nouvelle étude révèle que la Salines de Paynes Creek au Belize était autrefois un site de production de sel utilisé pour produire et stocker le produit de base important sur le plan économique et social.

À une époque où la société délaissait les chasseurs pour se regrouper en agriculteurs, la nécessité de préserver les denrées périssables devint cruciale pour la survie des civilisations sédentaires, donnant naissance à la technique de production du sel appelée briquetage. Utilisée dans la Rome antique, en Asie et dans d’autres civilisations, cette technique consiste à faire bouillir la saumure dans des pots au-dessus de feux pour évaporer l’eau, laissant ainsi apparaître le sel. Le sel contenu dans ces pots serait alors durci en gâteaux de sel, qui pourraient être stockés, transportés vers des centres commerciaux à proximité ou pour conserver du poisson et de la viande.


Le site de 8 kilomètres carrés est entouré d’une forêt de mangroves qui prospère sur un sol acide, ou de tourbe, qui désintègre les os, les coquillages et autres microfossiles fabriqués à partir de carbonate de calcium, tout en préservant les matériaux ligneux.

Une équipe internationale de chercheurs a cartographié et fouillé le site et découvert plus de 4 000 poteaux en bois indiquant qu’une série de bâtiments auraient été utilisés comme site de production de sel. «Notre étude suggère que la salaison du poisson était une activité importante à la saline, ce qui correspond aux civilisations romaine, chinoise et asiatique, où le sel et le poisson salé étaient des composants essentiels du stockage des denrées alimentaires, du commerce et des finances de l’État».

Mais ce qui est encore plus intéressant est la présence d’outils trouvés dans la région. Une analyse microscopique de 20 outils en pierre récupérés sous l’eau montre des profils d’usure compatibles avec les préparations de poisson, bien qu’il n’y ait aucune preuve de la présence de poissons dans la région.

Outils civilisation maya
crédit photo: wikipedia

« Comme nous n’avons trouvé pratiquement aucun os de poisson ou d’autre animal lors de nos fouilles au fond de la mer, j’ai été surpris de voir que les marques microscopiques sur les outils en pierre, que nous appelons ‘usage-wear’, ont montré que la plupart des outils étaient utilisés pour couper ou gratter le poisson ou la viande « 

a déclaré Heather McKillop, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. McKillop pense que des peaux de poisson, de viande et d’animaux auraient pu être fabriquées ici et, avec le sel, auraient été commercialisées dans d’autres centres.

« Ces découvertes corroborent le modèle de production et de distribution de sel au niveau régional pour répondre aux besoins biologiques des Mayas classiques » A déclaré M. McKillop.
La découverte «surprenante» aide à expliquer comment d’autres ressources marines telles que des coquilles de conques, des coraux et des épines de stingray ont été retrouvées dans des caches et des sépultures continentales situées dans des sites mayas de la région.