Le Mystère des Lampes éternelles Egyptiennes


Afin de s’éclairer, les Égyptiens utilisaient des lampes à huile ou des torches. Mais ces outils laissaient des résidus sur les murs et les plafonds. Or, dans les tombeaux de la vallée des rois, souterrains, rappelons-le, on ne trouve aucune trace de résidu.

Le Mystère des Lampes éternelles Egyptiennes

Du coup, cela pose la question de la manière dont les tombeaux ont été construits. Sans lumière, ça paraît compliqué. Les artistes qui ont décoré les parois auraient-ils travaillé dans le noir ? Certaines théories ont invoqué un jeu de miroir, mais la distance qu’aurait dû parcourir la lumière pour atteindre les tombeaux est trop importante pour que cette idée tienne.

Curieusement, des archéologues ont retrouvé dans plusieurs temples des bas-reliefs représentant des outils qui ressemblent fortement à des ampoules électriques. Ces représentations vont de pair avec des descriptions de lampes éternelles que l’on retrouve abondamment dans la littérature antique, notamment chez Plutarque, et même dans la Bible.

De là à se demander si les Égyptiens avaient inventé l’électricité, il n’y a qu’un pas…

De nombreux auteurs, grecs, arabes, romains et médiévaux, ont rapporté les découvertes de ces lampes au fil des siècles, dans des tombeaux la plupart du temps, mais aussi dans des temples de l’antiquité.

De nombreux auteurs, religieux, alchimistes et autres curieux, se sont intéressés à ces lampes impossibles. Pour les uns, elles étaient l’oeuvre du diable, même si des religieux eux-mêmes n’y voyaient que des lampes aux propriétés étonnantes, mystérieuses mais non magiques. Pour les autres, elles n’étaient que des supercheries, puisque si, eux, ne pouvaient fabriquer de telles lampes, elles ne pouvaient donc pas exister.

lampes eternelles egypte mysteres et sciences

Quelques rares hérétiques, quant à eux, ont cherché une explication ou se sont mis en quête de ce savoir perdu.

Ainsi en cherchant à prouver la réalité de ces lampes impossibles, l’alchimiste allemand Brand de Hambourg découvrit en 1669, le phosphore. De nombreuses hypothèses ont été émises sur la nature de ces différentes lampes, la plupart ont besoin d’air pour se consumer, d’autres au contraire, s’éteignent au contact de l’air (?), certaines émettent une flamme, d’autres sont phosphorescentes, leurs mèches semblent être en amiante ( la laine de salamandre ) ou en métal, l’huile reste mystérieuse, pour certains elle serait bitumineuse, pour d’autres, issue de l’or par un procédé alchimique secret, ou encore d’origine végétale ( notamment l’huile tirée d’une espèce égyptienne de haricots toxiques) …